“Des mots noyés lancés dans le noir”, W.S. Graham – article de Romain Verger

W.S. Graham, late 1950s

W.S. Graham, late 1950s

“La poésie de Graham est l’expérience intime d’une solitude éblouie par les rayons lunaires, une aventure d’être qui se mène, pour se faire jour à elle-même, dans la nuit de la conscience. Combien de poèmes aux accents rimbaldien de bateau ivre, de déluge et de voyance insatisfaite ou avortée, évoquent le thème de la pêche nocturne? Un motif qu’il tire vraisemblablement de sa propre expérience de marin. La mer et la nuit, associées à de multiples reprises, font même figures de parents symboliques : ainsi de la nuit«qui [l]e nomme jusqu’à l’os» et de la mer «qui [l]e prononce». Dans ces moments de silence et de lumière paradoxale, où le temps se suspend – temps mort où l’œil et la seconde s’écarquillent – , on le voit sonder les abysses de l’expérience esthétique, traquant«l’euphorie d’être vivant dans le langage.» La figure romantique du marin affrontant «les embruns de son esprit» et les «paquets hurlants d’écume», devient à ses yeux la métaphore exacte du poète. Poète, celui qui brave la tempête et tutoie la noyade, repoussant les limites de l’être, tout à la fois Ulysse, Sisyphe et Orphée exorcisant indéfiniment sa propre mort dans l’écriture” (Romain Verger, L’Anagnoste, novembre 2013)

Lire l’article

*

LES DIALOGUES OBSCURS
W.S. GRAHAM

Poèmes choisis
traduit de l’anglais par Anne-Sylvie Homassel & Blandine Longre
Introduction de Michael Snow / Postface de Paul Stubbs, recueil bilingue

Black Herald Press, Septembre 2013

174 pages – 14 € / £ 12 / $18 / ISBN  978-2-919582-07-5

commander l’ouvrage / order the book

*

Forêts noires de Romain Verger

“Troisième roman de Romain Verger, après Zones sensibles(2006) et Grande Ourse (2007), l’auteur poursuit ici un travail de prose poétique qui interroge les rapports entre la névrose psychique et l’osmose avec la nature. Païenne, animiste, la vision de l’auteur sillonne paysages mental et sylvestre et creuse un vaste jeu de correspondances où le minéral, le végétal et l’animal se mêlent de façon inextricable, se transformant l’un dans l’autre en un incessant et troublant cycle de métamorphoses.” Alessandro Mercuri.

Pour lire l’article 

Romain Verger, Forêts noires, Quidam Editeur, 96 pages, 12 euros  (ISBN : 978-2-915018-53-0)

Le Visage vert et le Black Herald en lecture

Le 28 décembre 2011 à 15h

Halle Saint Pierre, Librairie Ephémère , 2 rue Ronsard, Paris XVIIIe.

(Entrée gratuite)

Clémentine Marmey, comédienne, Jean-François Mariotti, metteur en scène (Compagnie L’Héautontimorouménos) et Romain Verger, écrivain, vont débusquer apparitions et illuminations dans quelques textes choisis dans les revues le Visage vert et le Black HeraldCette lecture s’inscrit dans le cadre de la Librairie éphémère qui se tiendra du 13 décembre au 5 janvier.

%d bloggers like this: