“toutes les rues de la vie oublieuse”

“Le poète se remarque à la quantité de pages insignifiantes qu’il n’écrit pas. Il a toutes les rues de la vie oublieuse pour distribuer ses moyennes aumônes et cracher le petit sang dont il ne meurt pas.”

René Char (À une sérénité crispée, 1952)

%d bloggers like this: