Epignosis Quarterly, Spring 2014, Vol. I, Issue 1

Epignosis Quarterly – SPRING 2014 VOLUME I – ISSUE 1

The first issue of Epignosis Quarterly (edited by Ágnes Cserháti, who also runs the independent press Rufus Books) will soon be available on its official website.

In the meantime, the complete pdf file can be downloaded here: 

Epignosis Quarterly_spring_2014

 

Epignosis Quarterly  SPRING 2014, VOLUME I - ISSUE 1

Epignosis Quarterly
SPRING 2014, VOLUME I – ISSUE 1 -All rights reserved. ISSN 2292-9371

 

with: 

Ben Meyerson, Michael Lee Rattigan, Jeremy Clarke, Gordon Meade, Iain Britton, Bethany W. Pope, Dick Jones, Ruth Roach Pierson, Ágnes Cserháti, Matthew Francis, Steven Mayoff, Anthea Simmons, Erin Soros, Georges Rodenbach, Maurice Maeterlinck, Will Stone, Paul Celan, John Reibetanz, Paul Stubbs, Paola Volpato, Jordan B. Peterson.

***

CONTENTS

POETRY

1, 14  Ben Meyerson

1, 12  Michael Lee Rattigan

2-9  Jeremy Clarke

2, 14  Gordon Meade

9  Iain Britton

10  Bethany W. Pope

12-13  Dick Jones

13  Ruth Roach Pierson

15-16  Ágnes Cserháti

15  Matthew Francis

15, 22  Steven Mayoff

16  Anthea Simmons

SHORT FICTION

3-9  Erin Soros

Still Water, BC

TRANSLATIONS

11-12  Georges Rodenbach’s prose piece ‘The Graves’ and Maurice Maeterlinck’s poem ‘Night Soul’ translated by Will Stone

15  Paul Celan’s poems ‘Song’ and ‘Strung’ translated by John Reibetan

ESSAY

18-22  ‘The Anti-Author and the Death of Personality’, an essay about Arthur Rimbaud by Paul Stubbs

BOOK REVIEWS

17  Bethany W. Pope on Will Stone’s translation of Poems – Emile Verhaeren (Arc, 2014)

31-32  Ágnes Cserháti on A Ragged Pen: Essays on Poetry & Memory (Gaspereau Press, 2006)

ARTWORK

2, 6, 30  Paola Volpato

INTERVIEW

23-29  Ágnes Cserháti in conversation with Jordan B. Peterson about his artwork, ‘The Meaning of Music’

 ***

‘epignosis’ is a Greek adjective meaning ‘perceptive’ and ‘insightful’ having to do with a personal orspiritual knowledge, ‘in-knowledge’, rather than merely rational or instructional knowledge. This is the kind of writing and art that is of interest to EQ. Submissions of poetry,  short fiction, creative non-fiction, translations, essays,interviews, reviews,artwork and photography are welcome.

If you would like to submit, please limit to 3 poems and/or 1 each of any other kind of writing or artwork and photography, or if you have any ideas you’d like to discuss, please feel free to contact the editor: epignosisquarterly(at)gmail(dot)com.

Editor: Ágnes Cserháti

Assistant Editors: Bethany W. Pope, Caroline Li

© Epignosis Quarterly, 2014

All rights reserved.

ISSN 2292-9371

EQ is published in May, August, November and February.

Advertisements

John Taylor and his authors

“Translating has helped me to know myself better, to find my genuine literary sensibility. Translating has long been intimately related to my personal writing. I constantly move between translating, reviewing, and writing. ‘Bon qu’à ça,’ as Samuel Beckett put it: ‘Good for nothing else.’”

Read the interview with John Taylor, literary translator, on Authors & Translators.

http://authors-translators.blogspot.it/2013/09/john-taylor-and-his-authors.html

John Taylor’s translations of Calaferte, Georges Perros & Laurence Werner David have appeared in various issues of The Black Herald.

*

About Heller Levinson’s HINGE THEORY

From Stone This Running - heller Levinson, Black Widow Press

From Stone This Running – Heller Levinson, Black Widow Press

An essay by Paul Stubbs.

“So, to become a reconstructor of the universe, ‘Hinge’ must seek to translate into outer music the inner music of words, to silence art and render physics and religion once again into the great early dreams of man; to induce an ongoing and perpetually fecund state of the anathemas that will help Levinson aspire to his new literary role of syntactical demiurge. It will be a quite necessary act of madness, an attempt certainly to achieve what Paul Valery imagined of Mallarmé’s task, i.e. ‘to raise a page to the power of the starry heavens.’ Levinson then assigns himself to the task of realizing the impossible, to conceive of failure as the only captivating success, and to hallucinate himself into the only obsession worth pursuing, that of locating the only true literary fracture at the earth’s crust, i.e. our belonging .To abort the self, in mid-sentence, is for the writer of ‘Hinge’ to celebrate the requirements of abortion, to complete what demands of itself to be undermined by words. ‘Hinge’, a catalogue and impulse of an always unforeseen matrix disengages itself long enough for us to snag ourselves on our own thoughts.” (Paul Stubbs)

To read the essay

*

*

“EFROYABL ANGE1” de Iain M. Banks, vu par son éditeur

Feersum Endjiinn

Feersum Endjiinn

“Qu’est-ce que Feersum Endjiinn ? Un grand roman, bien sûr. Une œuvre cruelle autant que ludique pour tout traducteur – rendons ici hommage à Anne-Sylvie Homassel qui s’attela à traduire les étonnants et drolatiques monologues intérieurs de Bascule, enfant têtu et Raconteur de génie.”

(Jean-Luc A. d’Asciano, Directeur des éditions L’Œil d’or , sur D-Fiction)

http://d-fiction.fr/2013/07/feersum-endjinn/

*

*

*

Découvrir l’ouvrage

EFROYABL ANGE1 
Iain M. BANKS

Traduit de l’anglais par Anne-Sylvie Homassel
Illustrations Frédéric Coché
L’Oeil d’or, 2013

“LE TEMPS DES ASSASSINS : ÉLOGE LITTÉRAIRE DE TCHEN” sur D-Fiction

*

à découvrir/lire sur D-Fiction

Une ébauche sur l’accointance entre l’espace littéraire et l’espace criminel, le temps propre à l’écriture et la Révolution. Avec en post-scriptum un « J’accuse… » contre la mauvaise équation établie par Richard Millet entre la littérature et le mal.

“Lues et relues vingt fois les premières pages de La Condition humaine de Malraux. Obsessionnel retour sur les lieux du crime par lequel s’ouvre le roman avec cette phrase de Rimbaud en tête : « Voici le temps des assassins », que Henry Miller associe à l’exigence de formes nouvelles en littérature – lesquelles chez le poète ne sont pas étrangères à une refonte politique et morale des âmes et des corps, lui qui vers dix-sept ans écrivit une Constitution qui fasse honneur aux revendications de la commune.” – G. Mar 

 

Greer Mansfield interviews Paul Stubbs, poet & editor of The Black Herald / Bookslut, Oct. 2012

“Glancing at my map of current English-language poetry, one of the most tantalizing regions is one that — at least in my school of cartography — is centered around a magazine called the Black Herald. Edited by poets Paul Stubbs and Blandine Longre, it is a concourse for strong and original English-language poetry, publishing interesting new poets like Will Stone, Mark Wilson, and Siddhartha Bose. It has also published more established writers (Clayton Eshleman being an example), and it maintains a constant dialogue with the dead. Or perhaps more accurately: the “dead,” because in its pages the likes of Hart Crane, W.S. Graham, Cesar Vallejo, Georges Rodenbach, Osip Mandelstam, August Stramm, and James Joyce are blazingly alive in the company of the newer writers. (…) In addition to editing a quality literary magazine and publishing interesting writers new and old, Stubbs happens to be one of our day’s most striking and original English-language poets. His poems are metaphysical but visceral; they are often written in a jagged syntax, but they carry themselves in a rich, full-voiced music.”

(Greer Mansfield, Bookslut, October 2012)

To read the interview

http://www.bookslut.com/features/2012_10_019467.php

L’émission de littérature de Dominiq Jenvrey

Depuis 2004, Dominiq Jenvrey produit et anime L’émission de littérature diffusée tous les mois sur les ondes de Radio Campus Orléans.
ParisLike en collaboration avec Up-tight et D-Fiction a produit et réalisé l’archivage et la mise en ligne des entretiens radiophoniques de cette émission devenue culte, incontournable dans le paysage culturel français.

http://parislike.com/FR/happenings/page.php?id=34&link=emissiondelitterature

Les carnets d’eucharis n°32 Hiver 2012

Le sommaire ici 

et la revue en format pdf

par Nathalie Riera

http://lescarnetsdeucharis.hautetfort.com/

Le poème sauvage – Jos Roy

le poème sauvage n’est pas sauvage puisqu’il
parle

chien disait l’homme à l’homme et chacun perdait sa parole

le poème n’est pas autre chose
 qu’une chose                  (sauvage/sylvestre)                      vivante qui pousse malgré toute
condition catastrophique du monde                       qui pousse malgré tout
faut dire              :             on se fout du biotope des
civilisations & de toute cette littérature qui ne situe rien
rien
(presque rien)
**
(extrait – pour lire le texte dans son intégralité :

The Black Herald – Issue #2

Photomontage by ParisLike from “À bout de souffle / Breathless” (1960) by Jean-Luc Godard

…Jesús Maria Veronica in Holyhood – Alessandro Mercuri (ParisLike)

à propos de ParisLike / about ParisLike

“Au sommet du Mont Tepeyac, ce n’est pas la Vierge personnifiée en un corps charnel qui se donne à voir, mais la Madone comme image incarnée insaisissable et ineffable. Ni un corps charnel ni une image désincarnée. Ce qui par miracle est apparu, par enchantement disparait. Dans l’Évangile selon l’Apparition, nous pourrions remplacer le verbe par l’image et dire : Au commencement était l’image… À ceux qui croient en son nom… L’image fut chair. L’image s’incarne en un corps spirituel. Un corps glorieux de couleur et de lumière en un ovale de flammes divines et dorées. Un corps imaginal. Une image sacrée et vibrante parmi les improbables et magiques roses, fleurissantes et hivernales. Comme en une étrange trinité, se pose une relation d’équivalence iconographique entre la perception, l’apparition et la représentation. La Vierge est identique à son apparition qui, elle-même, égale en tous point son image picturale. Non pas trois images mais une triple image qui se donne à voir en une même et unique représentation : une icône.” – Les aventures de Jesús Maria Veronica à Holyhood (extrait) d’Alessandro Mercuri.

Pour lire l’essai en français

“On top of Mount Tepeyac, it is not the Virgin personified in a flesh and blood body who allows herself to be seen, but the Madonna as an image incarnate, elusive and ineffable. Neither a physical body nor a disincarnate image. What has appeared as if by miracle disappears as if by magic. In the Gospel according to the Apparition, we could replace the Word by the Image and declare: In the beginning was the Image… To those who believed in his name…  The Image was made flesh. The image becomes incarnate in a spiritual body. A glorious body of light and colors in an oval of divine and golden flames. An imaginal body. A sacred and vibrant image among the improbable and magical roses, blossoming and wintery. As if in a strange trinity, an iconographic equivalence is established between the perception, the apparition and the representation. The Virgin is identical to her own apparition, which is itself equal in every respect to its pictorial image. Not three images but a triple one which is to be seen as one representation: an icon. ” – The adventures of Jesús Maria Veronica in Holyhood (excerpt) Alessandro Mercuri

To read Alessandro’s essay in English

The Black Herald 2 – L’éditorial / The editorial

The editorial of issue 2 can now be read online.

L’éditorial du numéro 2 est désormais en ligne. 

by Paul Stubbs

“In a recent essay, ‘The Mirage of poetic evolution in Britain since Eliot’, I wrote: ‘The poet of the 21st century will, like any animal, be subject only to the continuing processes of adapting to his own biological environment, to create a poetry that must strive in its imagination to actually affect the planetary balance (…) The pen in the hand today need be no more than the needle of the seismograph, recording and tracing across the page the polysemic tremors of the modern mind.

What will be required to make this happen is, among others, an end to the ‘creative classroom’ (this Anglo-Saxon invention—while a rarity in the major cities of Europe—was a trend started in the USA that then moved on to become a profitable plague that has completely saturated the universities and schools in Britain), or the ‘pedagogical trough’ as Rimbaud once so eloquently put it. The ‘poetry’ workshop must first, like a disused church, be boarded-up, closed down, and its ‘teachers’ forced once again to endure their own imaginative ‘slave-labour’, to pick up and use the pen (again?) as something akin to a pneumatic drill to smash and break up the rocks and gravel of those languages still trapped within the sediment of our ‘ancient’ brains. What is clear though is that these ‘facilitators’ are only capable of providing artificial respiration for ‘pupils’ unable yet to understand the imaginative measure of their own breathing.”

Read more

*******

“Dans un récent essai, « Mirage de l’évolution poétique en Grande-Bretagne depuis Eliot », j’écrivais : « À l’instar de n’importe quel autre animal, le poète du XXIe siècle sera seulement assujetti à s’adapter sans relâche à son propre environnement biologique, à créer une poésie dont l’imaginaire devra s’acharner à affecter réellement l’équilibre planétaire (…) Aujourd’hui, quedoit être la plume du poète, sinon l’aiguille du sismographe enregistrant et traçant sur la page les secousses polysémiques de l’esprit moderne ?»

Pour y parvenir, il sera entre autres nécessaire de mettre un terme aux « cours d’écriture créative » (cette invention anglo-saxonne, rarement mise en pratique dans la plupart des pays européens, fut lancée aux États-Unis avant de devenir un fléau lucratif qui a complètement saturé les universités britanniques) soit, selon les termes éloquents de Rimbaud, « le râtelier universitaire ». L’atelier prétendument poétique doit avant tout être condamné telle une église désaffectée, ses portes et fenêtres obturées, ses « enseignants » contraints d’endurer leur « travail imaginatif de forçat » et de s’emparer (de nouveau ?) du stylo pour s’en servir davantage comme d’un marteau-piqueur, afin que soient brisés rocs et graviers des langues encore figées dans les sédiments de nos cerveaux « antiques ». Il reste que ces « animateurs » d’atelier sont exclusivement capables de fournir une respiration artificielle à des « élèves » eux-mêmes encore inaptes à d’appréhender le rythme imaginatif de leur propre souffle.” (traduit de l’anglais par B. Longre)

Lire la suite

(photo : Romain Verger)

The 2nd issue of The Black Herald was released in September

Le 2e numéro du Black Herald a paru en septembre

#2 – September 2011 – Septembre 2011 / 162 pages – 13.90 € – ISBN  978-2-919582-03-7

Poetry, short fiction, prose, essays, translations / Poésie, fiction courte, prose, essais, traductions.

 

blackheraldpress.wordpress.com/magazine/the-black-herald-issue-2/

Online / En ligne

blackheraldpress.wordpress.com/magazine/the-black-herald-issue-2/en-complement-to-read-on-line/

• Le sommaire / the contents

• A poem by Jos Roy in original version & translation / Un poème de Jos Roy, accompagné de sa traduction en anglais.

• Un texte inédit de Jacques Sicard (à propos de The Murderer de Na Hong-jin).

• Rimbaud & the New Inquisition (an excerpt from Paul Stubbs’s essay).

To order and/or know in which bookshops the magazine is stocked:

Pour commander et/ou trouver la revue :

http://blackheraldpressbookshop.blogspot.com/p/add-to-cart-ajouter-au-panier.html

http://blackheraldpress.wordpress.com/buy-our-titles/

ParisLike, a new webmagazine

Webmagazine créé par Alessandro Mercuri et Haijun Park, consacré à l’art, la création et la culture en France, ParisLike présente des documentaires vidéos, des entretiens et des textes critiques, en français et en anglais.

ParisLike N°1 présente :

le cinéaste Luc Moullet, l’anthropologue Bruno Latour, l’artiste plasticienne Anita Molinero, le neurobiologiste Yehezkel Ben-Ari, le créateur de chaussures Raphael Young.

A découvrir entre autres, trois textes d’Alessandro Mercuri : Les aventures de Jesús Maria Veronica à Holyhood,  Mad(e) in France – La terre de la folie de Luc Moullet et Fourrure de verre.

A la fois pop et élitiste, pointu et accessible, éclectique, ludique et curieux, ParisLike est un nouveau magazine à découvrir, lire, écouter, voir et faire voir. Pour répondre à l’écho “What is ParisLike like ?”, rendez-vous ici : http://www.parislike.com

****************

ParisLike is a quarterly web magazine edited by Alessandro Mercuri and Haijun Park, devoted  to art, creation and culture in France, featuring video documentaries, interviews and critical essays in French and in English.

ParisLike #1 presents:

filmmaker Luc Moullet,  anthropologist Bruno Latour, visual artist Anita Molinero, neurobiologist Yehezkel Ben-Ari, shoe designer Raphael Young.

Among others, three texts by Alessandro Mercuri : The adventures of Jesus Maria Veronica in Holyhood, Mad(e) in France, Land of Madness by Luc Moullet, Glass Fur.

Pop and elitist, sharp and accessible, eclectic, playful and curious, ParisLike is a new magazine to discover and share. To answer the echo “What is ParisLike like?”, follow the link: http://www.parislike.com

Le Camion bulgare

A lire sur le blog de Jean-Pierre Longre, un article portant sur le dernier ouvrage de Dumitru Tsepeneag, Le camion bulgare, « Chantier à ciel ouvert », traduit du roumain par Nicolas Cavaillès (P.O.L., 2011)

“Précisément, s’agit-il d’un roman ? Certes, Dumitru Tsepeneag a depuis longtemps (au moins depuis Le mot sablier qui, publié en 1984, représente sous forme narrative le passage d’une langue à l’autre) commencé à dévoiler certains coins de son atelier à l’intention de ses lecteurs, sans leur en laisser découvrir tous les secrets. Mais jamais un de ses livres n’a autant mérité le sous-titre de « Chantier à ciel ouvert ».” Lire l’article

A propos de Dumitru Tsepeneag 

Lire dans le Black Herald 2 : une nouvelle de l’auteur accompagnée de sa traduction anglaise.

The Black Herald 2

Online / En ligne

• Le sommaire / the contents

• A poem by Jos Roy in original version & translation / Un poème de Jos Roy, accompagné de sa traduction en anglais.

• Un texte inédit de Jacques Sicard (à propos de The Murderer de Na Hong-jin).

• Rimbaud & the New Inquisition (an excerpt from Paul Stubbs’s essay).

Vérité léopardienne

‎”Vérité léopardienne – prenez l’unité de temps d’un jour – dans ses limites, répétez toujours la même chose, allez inlassable du même fait au même geste – et vous aurez l’impression que la nuit vient encore plus tôt qu’au solstice d’hiver – miracle de brièveté – c’est Jeanne Dielman au quotidien – et c’est le propre du cinéma qui n’est un art du temps que parce qu’il en fait l’ellipse – ici, cent quatre-vingt-treize minutes de projection tiennent dans un clignement.” – Jacques Sicard, extrait de Petits films en prose, dans The Black Herald 2.

en complément, on peut aussi lire The Murderer – Na Hong-jin de Jacques Sicard (inédit).

Celan / Bachmann

Ingeborg Bachmann, Paul Celan, Herzzeit: der Briefwechsel (Suhrkamp, 2008)
Ingeborg Bachmann, Paul Celan, Correspondence (Translated by Wieland Hoban, Seaguul books, 2010)
Ingeborg Bachmann, Paul Celan, Le Temps du coeur, Correspondance (Traduction de l’allemand Bertrand Badiou,  octobre 2011 Editions du Seuil)

Chronique d’Anne-Françoise Kavauvea initialement parue dans  The Black Herald #1 

“Je suis entrée un peu comme une voleuse dans la correspondance entre Paul Celan (1920-1970) et Ingeborg Bachmann (1926-1973), Herzzeit, publiée chez Suhrkamp en 2008, encore inédite en français. Ma fascination pour l’œuvre de ce poète, suspendue entre la limpidité d’un langage dépouillé et les arcanes d’un univers tourmenté, dont les textes sont gravés dans la pierre et le sable, explique peut-être ce désir de m’immiscer dans l’intimité de cet échange entre deux êtres torturés par une angoisse existentielle et poétique. J’avais peut-être aussi envie de rendre un corps à celui qui avait choisi, ce 20 avril 1970, de disparaître dans les flots de la Seine depuis le mélancolique Pont Mirabeau, de découvrir quel homme se dissimulait derrière ce poète voué à l’universel.”

Lire ici

Flesh (excerpt)

En excerpt of Flesh, a long poem by Paul Stubbs (yet unpublished) can be read here:

http://fr.calameo.com/read/000470915bbfb328f8795

une plaie d’infini

Un poème de Jos Roy, traduit en anglais, en complément du Black Herald 2, est en ligne.
A poem by French poet Jos Roy (original version & translation) can be read online.

blackheraldpress.files.wordpress.com/2011/09/jos-roy-poc3a8me-version-originale-et-traduction2.pdf

Le blog de Jos Roy http://belarbeltza.blogspot.com/

Fictions / Dragons

La bibliographie d’Anne-Sylvie Salzman, dont le texte “Langue que parlent les dragons” paraît dans le Black Herald 2.

http://ashomassel.wordpress.com/fictions/

Essays & Fictions

New issue out (volume VIII & IX)

http://essaysandfictions.com/

La ville en soi – Philippe Rahmy

“La ville est mère de la fable. Les chroniques des Sassaniens rapportent qu’il était une fois une cité sans histoire, quelque part au-delà du Gange. Ses puissants remparts étaient érigés sur des colonnes. Personne n’entrait, ni ne sortait, mais ses portes d’ivoire laissaient passer la lumière. Sa superficie était celle d’un pays. On y trouvait donc, en plus des édifices, des champs, des rivières, des forêts, des lacs et des hommes à la tâche. Mais nul ne savait réellement ce qui se passait derrière ses murs. À force de se tenir à l’écart, elle entra dans la légende. Ce qui nous est inaccessible, ne l’est pas pour le langage. Elle devint tour à tour siège des dieux et de l’amour, royaume des songes et des esprits. De nos jours, la ville est partout. Sans remparts, ni portes. Mais on ne peut la fuir ; où qu’on aille, la ville nous devance. Tout le monde va chez tout le monde et on raconte n’importe quoi. La légende n’a pas disparu pour autant, une part s’est fondue dans la masse, l’autre s’est transformée. Mais en quoi ? Si la réponse existe, nous la portons en nous. Nous la portons comme nous portons notre enfance. Avec mélancolie. La ville est devenue le monde. Plus personne n’est orphelin. Mais on se racontera toujours le paradis perdu.”

A lire ici

Poëtique

A lire sur LIVRENBLOG Poëtique de Pierre Louÿs.

“Vers ou proses, les poëmes sont des créatures ; et qui vivent ; qui respirent ; qui sont pleines d’organes ; qui mourraient d’un mot coupé. Créatures plus qu’humaines, filles peut-être éternelles de l’esprit qu’elles dépassent ; enfantées mais non préconçues.” 

Aléas, Laurence Werner David

“Serons-nous ceux-là
à laisser tout abîme en place
alors vraiment proche du présent ?
Ou tout est-il arrangement de l’âme
Jusqu’à l’impulsion de la nostalgie ?”

Laurence Werner David, Éperdu par les figures du vent, Obsidiane, 1999, pp. 34-35. Prix de la Vocation 1999.

De Laurence Werner David, on peut aussi lire “L’Épousé” dans The Black Herald 1 dans sa version originale et sa traduction en anglais, “The Bridegroom”, par John Taylor.

1+1=

About poet and artist Andrew O’Donnell, whose work will be exhibited at the Gwangju International Center’s GIC Gallery, Korea until March. You can also read some of Andrew’s poetry (To Insanity) in THE BLACK HERALD, Revue de littérature, Literary magazine – # 1

http://gwangjublog.com/1161

News from Huis de Buren, Brussels

Onno Kosters’s long poem Zij (Hagenheld) is published in The Black Herald (issue 1) & translated from the Dutch by Willem Groenewegen.

for more information:

www.deburen.eu/nl/nieuws-opinie/detail/onno-kosters-en-willem-groenewegen-in-the-black-herald

By the same writers : http://www.city-books.eu/en/texts/p/detail/all-and-nothing

The Fiend

The Fiend is edited by Andrew O’Donnell, and is a journal whose main emphasis is on poetry and translation. It was conceived in 2008 as an avenue for new talented writers to find their feet, become more acknowledged, or to find new audiences.

It accepts submissions of original poetry or translations from any corner of the globe, as well as critical prose, visual art of all kinds, philosophy, journalism with an international emphasis, plus essays and articles on a large number of themes relating to the politics of being alive, creative and open-minded in the 21st century.

http://thefiendjournal.wordpress.com/

William Blake’s World: “A New Heaven Is Begun”

Head I by Paul Stubbs

Paul Stubbs reads HEAD I at the Seamus Heaney Centre, February 2008

To listen to the recording

Boston translation

An ongoing conversation of news in and about literary translation, held among the editors, contributors, and readers of Pusteblume, a journal of and on translation published by The Pen & Anvil Press with the support of the Department of Modern Languages and Comparative Literature at Boston University.

http://bostontranslation.blogspot.com/

Bomb – by Gregory Corso

About Gregory Corso
GASOLINE – THE IMAGINARY AND THE PURE (an essay by Paul Stubbs)

 

Flandres Hollande

les Flandres et les Pays-Bas à travers leurs écrivains

A travers ses travaux, Daniel Cunin, traducteur littéraire, évoque différents écrivains d’expression néerlandaise (du Moyen Âge à nos jours) ainsi que des écrivains d’expression française dans leur fréquentation des cultures flamande et hollandaise (ou tout simplement en raison de la beauté de leur œuvre). 

A lire entre autres, un post à propos du poème The Unseen de Sarah Teasdale et de ses nombreuses traductions / adaptations / transpositions…

http://flandres-hollande.hautetfort.com/

And new philosophy calls all in doubt

Donne, John, 1572-1631Poems, by J.D. With Elegies on the authors death. London : Printed by M.F. For Iohn Marriot …, 1633. In Horace Howard Furness Memorial (Shakespeare) Library.

http://sceti.library.upenn.edu/sceti/printedbooksNew/index.cfm?textID=donne&PagePosition=1

 

%d bloggers like this: