La LIBRAIRIE ÉPHÉMÈRE en photos

Du 17 au 29 mai 2011, nos ouvrages et le premier numéro du Black Herald sont à la Halle Saint Pierre (Montmartre) à l’occasion de la « Librairie éphémère » organisée par les éditions L’Œil d’or et Passage piétons, lesquels invitent les ouvrages de cinquante éditeurs indépendants.

Halle Saint pierre, 2 rue Ronsard, 75018 Paris

Ouvert tous les jours de 10 heures à 18 heures

http://www.hallesaintpierre.org/

http://loeildor.free.fr/

http://www.passagepietons.fr/index.html

 

 

Le Black Herald dans Novo n°14

Un grand merci à Christophe Sedierta pour son article portant sur The Black Herald 1 – en page 74 du numéro 14 de NOVO, magazine culturel et artistique.

Lamont

Ré-édition du recueil de nouvelles LAMONT, d’Anne-Sylvie Salzman (Editions Le Visage Vert), à relire ou découvrir, avec une nouvelle illustration de couverture signée Marc Brunier Mestas (http://print-temps.over-blog.com/)

Pour le commander en ligne

Lamont

 

The Wolf 24

Issue 24 of The Wolf, magazine for new poetry,  is out.

with poems by Paul Stubbs (‘The Last Signs of Science’), Will Stone, Blandine Longre, but also Gabriel LevinJohn KinsellaAnne Waldman among others, critical prose and reviews (of Tabish Khair’s Man of Glass, Siddhartha Bose’s Kalagora, Charles Reznikoff’s Holocaust, etc.) and paintings by Bahram.

To buy The Wolf

http://www.wolfmagazine.co.uk/buy.php

Cioran malgré lui

Cioran malgré lui
Écrire à l’encontre de soi
de Nicolas Cavaillès
CNRS Editions, avril 2011

“Cioran restitué dans tous ses paradoxes. Cioran qui, confronté au scandale d’une existence radicalement absurde, trouve un sursis dans l’alliage inédit des imprécations et de l’élégance. C’est en s’attachant à l’analyse de sa première oeuvre écrite en français, Précis de Décomposition(1949), que Nicolas Cavaillès dévoile toute la singularité du penseur.

Livre de la découverte enthousiaste et conquérante d’une nouvelle grammaire, livre-défouloir, ultimatum à la vie et « thérapeutique par le feu » : Précis de Décomposition marque un point de non-retour dans la lutte de l’auteur contre l’existence, et surtout contre lui-même. Suicidaire, décomposé, corrompu, esthète, enragé, joueur, Cioran y démultiplie les je que la vie commande chaque jour de ravaler sous un seul et unique visage. Souriant sans se trahir, pleurant sans se ridiculiser, se distordant sans sombrer dans la monstruosité. Nulle part mieux que dans les manuscrits du Précis on ne saisira l’impressionnante intensité de cette écriture.”

A lire dans le Black Herald 1, une Lettre du jeune Cioran, présentée et traduite du roumain par Nicolas Cavaillès.

%d bloggers like this: