Ce qu’est le Black Herald (#1) par le Visage Vert

Merci au Visage Vert (revue et éditeur) pour la présentation ci-dessous.
*********************
Il y a bien longtemps, nous semble-t-il, qu’une revue (et une maison d’édition) ne s’était pas posée, comme le fait le Black Herald Magazine, entre les langues, au plus près du mystère de leur origine. Ce que Paul Stubbs dans son éditorial explique ainsi : “Par la traduction, par la juxtaposition linguistique et le système d’échos entre les textes (même lorsqu’ils sont écrits en des langues que nous ne comprendrons jamais), l’esprit reconquiert sa connaissance première du langage, celle qui était sienne avant que les nations et les cultures ne nous hypnotisent au point de créer en nous des divisions et des classements inconscients qui influencent notre lecture avant même qu’elle ait commencé…” Une ambition qu’illustre un sommaire passionnant, mêlant auteurs contemporains traduits ou non, qu’ils soient poètes (Tabish Khair, Philippe Rahmy, Andrew O’Donnell, Valeria Melchioretto, Onno Kosters pour n’en citer que certains) ou prosateurs (Claro et sa traduction par Brian Evenson, Romain Verger, Sébastien Doubinsky dont on pourra découvrir la version américaine de sa Mort de Billy the Kid, paru naguère en français dans le Quarterly de Zanzibar) et auteurs plus anciens : Rodenbach, Verhaeren et Trakl traduits en anglais par Will Stone, une lettre inédite de Cioran traduite en français par Nicolas Cavaillès. Aux commandes de ce navire de pirates, Paul Stubbs et Blandine Longre, dont on avait déjà loué ici la sauvage poésie d’expression anglaise. Tous deux ont eu l’audace d’offrir à leurs contributeurs cette étrange arène où la langue, par le système d’échos qu’ils ont construit, ne peut être que remise en cause. Lecture jamais confortable, jamais contentée, donc, que celle du Black Herald Magazine, où chaque page, chaque texte, dans sa version originale et / ou dans sa traduction est source d’inquiétude. On attend avec une impatience certaine la deuxième livraison (automne 2011, nous dit-on) de ce super-héraut.

News from Huis de Buren, Brussels

Onno Kosters’s long poem Zij (Hagenheld) is published in The Black Herald (issue 1) & translated from the Dutch by Willem Groenewegen.

for more information:

www.deburen.eu/nl/nieuws-opinie/detail/onno-kosters-en-willem-groenewegen-in-the-black-herald

By the same writers : http://www.city-books.eu/en/texts/p/detail/all-and-nothing

The Black Herald, issue 2 / numéro 2

Just released

http://blackheraldpress.wordpress.com/magazine/the-black-herald-issue-1/

Contributeurs / Contributors

blackheraldpress.wordpress.com/2011/01/13/the-black-herald-contributorscontributeurs/

César Vallejo

%d bloggers like this: